Tous les articles par Mariama Abdou Gado

À propos de Mariama Abdou Gado

Je suis Mariama Abdou Gado, étudiante en médecine à l'Université Abdou Moumouni de Niamey (Niger), activiste et volontaire passionnée de tout ce qui a trait au changement de comportement social et au développement durable. Je crois fermement que les jeunes que nous sommes représentons certes l'avenir, mais nous sommes également le présent car nous avons les capacités et compétences d'impacter et de changer le monde. Je suis tout autant convaincue que les femmes constituent un énorme réservoir de potentiel qui est malheureusement non reconnu et inexploité. A travers ce blog, je souhaite me pencher sur les questions concernant ces deux franges de la société sans lesquelles aucun développement n'est possible. Parler de la femme et des jeunes est sans nul doute indissociable de parler de la société en général, alors considérer ce blog comme une fenêtre ouverte sur notre monde pour en discuter du meilleur, mais également du pire tout en explorant des pistes de solutions. Sincères remerciements de me lire et de me laisser vos avis. Avec toute ma sympathie.

Pourquoi utiliser la contraception ?

Pourquoi utiliser la contraception ?

Aujourd’hui, même si l’on parle de contraception un peu partout et que chacun dispose d’une notion sur le sujet, il persiste encore quelques zones d’ombres autour de la thématique. Beaucoup ignore ce qu’il en est concrètement : en quoi cela consiste ? Qu’est-ce que ça implique ? Comment la pratiquer ? Pourquoi la pratiquer ?

Cette dernière question constitue pour moi la plus importante parce que c’est d’elle que part tout choix dans la vie : « on ne fait jamais rien pour rien » dit-on. Derrière chacun de nos actes se cache toujours une raison. Celle-ci part toujours dans le sens d’un avantage pour nous car l’Homme est constamment à la recherche du « meilleur » . Le meilleur pour lui, mais aussi pour ses proches. Et lorsqu’une chose regroupe ces deux caractéristiques, elle devient le choix parfait que l’on pose sans hésitation.

Au Niger, Family Planning 2020 estime à : « 16.9% le pourcentage de femmes qui ont obtenu des informations sur la contraception lors d’une visite récente avec un prestataire des services de santé» . Ce qui est relativement très bas.

L’objectif de cet article est de vous parler des avantages/intérêts de la contraception pour vous et votre famille et mais aussi pour la société entière. Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, définissons le concept.

Qu’est-ce que la contraception ?

Selon le dictionnaire de médecine Flammarion, 7e édition, la contraception est « l’utilisation de procédés temporaires et réversibles destinés à empêcher la conception » .  Conception dans le sens de concevoir un enfant.

Relation planification familiale et contraception ?

Il est impossible de parler de contraception sans parler de planification familiale car ce sont deux concepts intimement liés. En effet, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : « La planification familiale permet aux populations d’atteindre le nombre souhaité d’enfants et de déterminer quel sera l’espacement des naissances. Elle consiste à utiliser des méthodes contraceptives et à traiter l’infécondité. ».

Donc faire de la planification familiale c’est faire de la contraception.

Quels sont les intérêts/avantages de la contraception ?

L’utilisation de la contraception est un choix qui part nécessairement d’une bonne compréhension du sujet et de son importance.

Elle a pour but de contribuer au bien-être de la personne en elle-même, du couple, de la famille et de la société en général.

La contraception vise à soutenir le développement des communautés ainsi que leur santé.

Les avantages de la contraception sont nombreux :

  1. Épanouissement familial

Avoir un enfant est une joie et une bénédiction pour beaucoup. Mais que dire quand cela devient tristesse et amertume ? Que faire quand cela s’accompagne d’une angoisse permanente ? C’est là qu’intervient la contraception/planification familiale.

Toute mère a le droit de choisir de tomber enceinte au moment qui lui semble le plus propice. Il en va de son bien-être et de celui de son bébé.

Selon l’OMS : « On estime à 214 millions le nombre de femmes dans les pays en développement qui souhaiteraient retarder le moment d’avoir un enfant ou ne plus avoir d’enfants mais qui n’utilisent aucun moyen de contraception. » . En effet, porter un enfant n’est pas chose facile et l’éduquer encore moins. Avec la contraception, vous pourrez mesdames vous reposer physiquement et moralement après chaque grossesse et consacrer pour chaque enfant le temps nécessaire à son éducation de base : celle du plus jeune âge. Et il en est de même pour vous messieurs.

Des parents physiquement et moralement sains, des enfants bien éduqués dans une joie et une communion parfaite : telle est la conception de l’épanouissement familial.

  1. Lutte contre les grossesses non désirées

Grâce à la contraception, on pourra pallier à l’un des fléaux les plus importants de nos sociétés : « les grossesses non désirées ». Ainsi, on parviendra à réduire le nombre d’avortements à risque, le plus souvent clandestins pratiqués par un grand nombre de femmes.

Selon Family Planning 2020, au Niger en 2016 : « 104.000 grossesses non désirées et 33.000 avortements à risque ont été évités grâce à l’utilisation de contraceptifs modernes. ».

Ici, la contraception permettra aussi de réduire le taux d’enfants abandonnés et d’homicide de bébés car beaucoup de mères abandonnent ou tuent leurs bébés parce qu’elles n’ont pas voulu leur donner naissance.

  1. Lutte contre la mortalité maternelle et infantile

Selon l’OMS : « 830 femmes environ meurent chaque jour de causes évitables liées à la grossesse et à l’accouchement. ».

La contraception permet aux femmes qui le souhaitent de limiter la taille de leur famille. Les femmes qui ont plus de quatre enfants auraient un risque de mortalité liée à la maternité accru du fait de complications liées à la grossesse ou à l’accouchement. Et les nourrissons dont les mères décèdent lors de l’accouchement courent également un risque plus élevé de décès et de santé médiocre.

La contraception prévient les grossesses et les naissances trop rapprochées survenant à un moment inopportun. Lesquelles contribuent à des taux de mortalité infantile parmi les plus élevés au monde.

Au Niger, selon Family Planning 2020 : « en 2016, 400 décès de mères ont été évités grâce à l’utilisation de contraceptifs modernes. ».

  1. Renforcement de l’éducation

La contraception permet aux femmes de mieux s’investir dans la vie active de leur communauté : leurs études, leur parcours professionnel…

Elle leur donne une meilleure chance d’étudier plus longtemps, mais également de travailler plus librement.

Elle permet aussi aux parents de mieux investir dans l’éducation de chaque enfant à travers l’espacement des naissances.

  1. Lutte contre le VIH SIDA* et autres MST*

Les méthodes de contraception permettent de réduire les grossesses non désirées chez les femmes vivant avec le VIH SIDA et donc réduire le nombre de bébés infectés.

Les préservatifs masculins et féminins protègent contre toutes les maladies sexuellement transmissibles.

* VIH SIDA = Virus de l’immunodéficience humaine, Syndrome d’immunodéficience acquise.

*MST = Maladies sexuellement transmissibles.

  1. Réduction de la pauvreté

Le choix d’avoir un enfant à un moment propice contribue à lui donner une meilleure éducation, un meilleur accès à la santé, à l’alimentation, à l’habillement et aux loisirs. Et tout ceci en se protégeant de quelconques difficultés financières.

Grâce à la contraception, on pourra également réduire le taux de mendicité qui ne cesse de s’accroître au Niger. En effet, beaucoup d’enfants sont abandonnés par leurs parents. Ils n’ont d’autre choix que de se mettre à mendier. Dans d’autres cas, c’est la famille entière qui est réduite à la mendicité.

 

En conclusion, la contraception à travers plusieurs points d’actions contribue à un meilleur développement social.

La société est en bonne santé, plus épanouie, mieux éduquée et donc plus à même de s’impliquer dans la vie active. Ce qui permettra un meilleur développement économique à travers la réduction de la pauvreté.

 

« La contraception n’est pas une question de soi, mais une question de tous ».

« Il ne s’agit pas que de vous, mais de toute votre communauté et à plus grande échelle du monde tout en entier ».

 

N’oubliez pas de me donner votre avis sur le sujet dans les commentaires. Cela m’intéresse beaucoup. Et pour ne rien rater de mes prochains articles, suivez-moi sur facebook : https://www.facebook.com/hanyarkorey/, twitter : @MariamAbdou2 et instagram : mariam_abdou96.

Merci de m’avoir lu.

 

 

Où mène une grossesse non désirée ? Partie 3

Comment soutenir les femmes porteuses de grossesses non désirées ?

Tout d’abord, il y a la nécessité de créer des centres de référence vers lesquels ces femmes pourront se tourner sans crainte et être écoutées, soutenues et aidé jusqu’à leurs accouchements à l’issue duquel il faudra leur proposer des solutions et les amener vers le meilleur des choix en ce qui concerne leurs enfants et elles-mêmes. Toutes les conditions devront être réunies pour que chacune puissent s’épanouir qu’elle décide ou non de garder son enfant.

Ensuite, elles auront besoin d’être accompagnées dans leur retour vers la société.

Premièrement, il s’agira de créer un changement de mentalité chez tous les acteurs de la société pour que ces femmes soient acceptées dans leur différence.

Deuxièmement, il faudra les aider à se réintégrer ou s’insérer professionnellement pour qu’elles puissent regagner le respect et la confiance des autres, mais également vis-à-vis d’elles-mêmes car ce que beaucoup ignore c’est que ces femmes sont les premières à s’en vouloir elles- mêmes. Elles regrettent et perdre totalement l’estime d’elles.

La dernière chose et qui n’est pas des moindres est de sensibiliser ces femmes à parler de ce qu’elles ont vécu. C’est ce qu’on appelle communément : « témoignage ».

Un témoignage est captivant, un témoignage est poignant et c’est ce qui fait de lui le meilleur moyen de sensibilisation.

 

En conclusion, le phénomène des « grossesses non désirées » du fait de son importante prévalence et de ses conséquences désastreuses mérite une attention particulière de tous les acteurs de la société en vue de le combattre efficacement. Le programme de suivi et de réinsertion sociale s’il existe doit être renforcé et s’il n’existe pas doit être mis en place.

Vous noterez que dans cet article, je me suis appesantie sur « les grossesses non désirées » chez les femmes non mariées, mais je tiens à préciser que ce fléau existe aussi dans les couples légalement mariés. Nous aurons peut-être l’occasion d’en parler prochainement.

Et je terminerai en disant que : “il est certes meilleur de prévenir plutôt que de guérir, mais lorsque le mal est déjà fait, la solution est de guérir et surtout de bien guérir“.

N’oubliez pas de me donner votre avis sur le sujet dans les commentaires. Cela m’intéresse beaucoup. Et pour ne rien rater de mes prochains articles, suivez-moi sur facebook : https://www.facebook.com/hanyarkorey/, twitter : @MariamAbdou2, instagram : mariam_abdou96.

Merci beaucoup de m’avoir lu et à la semaine prochaine.

 

 

Où mène une grossesse non désirée ? Partie 2

Dans l’article précédent, je vous parlais de « grossesses non désirées ». Nous allons maintenant entrer dans le vif du sujet.

Les statistiques

Les « grossesses non désirées sont un phénomène de plus en plus fréquent de nos jours. En effet, selon l’organisation mondiale de la santé (OMS), chaque année on dénombre 80 millions de grossesses non désirées, ce qui occasionne 45 millions d’interruptions volontaires de grossesses (IVG) qui ont pour conséquences 70 000 décès dont 97% sont enregistrées dans les pays en développement. Au Niger, le nombre de grossesses non désirées ne cessent d’augmenter. Il s’agissait de 125 000 en 2012, 134 000 en 2014 et 144 000 en 2016. On se rend vite compte que la situation est très grave.

Les progrès

Plusieurs dispositions ont été mise en place pour palier à ce fléau. Il s’agit entre autres de la sensibilisation sur l’utilisation des produits contraceptifs ou encore la recommandation de l’abstinence. Chacune d’entre elles a fait ses preuves et ensemble elles ont permis de réduire considérablement le nombre de grossesses non désirées dans le monde. En exemple, il s’agissait de 95000 grossesses non désirées évitées en 2015 et 104000 en 2016.  Ce sont d’énormes progrès, mais beaucoup reste encore à faire surtout en matière de suivi et de réinsertion sociale des femmes victimes de ce fléau.

Pourquoi le système de suivi et de réinsertion sociale ?

Il devient nécessaire de créer un certain nombre de conditions qui faciliteront le retour de ces femmes dans la société. Cela est important en vue de préserver leur santé physique et psychique. Dans beaucoup de sociétés et je prendrai en exemple celle que je connais le mieux (la société nigérienne) ; ces femmes sont généralement rejetées. C’est une attitude très fortement influencée par notre culture et nos croyances. Chez nous, une femme qui donne naissance à un enfant hors mariage commet un acte très grave, inacceptable par tout le monde, de ses parents les plus proches aux personnes les plus étrangères à sa vie.

Nombreuses sont les femmes nigériennes qui se retrouvent à la rue parce qu’elles sont enceintes d’un homme qui ne les a pas épousé et qui pour la plupart du temps fuit la responsabilité de la grossesse. Nombreuses sont également celles qui ont été battu souvent à mort ou chassées carrément de leur communauté pour la même raison. Pensez-vous que cela est la bonne attitude ? Les laisser à leur propre sort ? Ce n’est vraiment pas la meilleure solution. Elles sont déjà dans une période critique et cela ne fera qu’empirer leur situation.  C’est là qu’intervient le programme de suivi et de réinsertion sociale. Ces femmes doivent être accompagnées tout au long de leurs grossesses et même après.

Quelles méthodes pourraient permettre de mieux accompagner ces femmes ? C’est ce que nous verrons dans le prochain article.

 

N’oubliez pas de me donner votre avis sur le sujet dans les commentaires. Cela m’intéresse beaucoup. Et pour ne rien rater de mes prochains articles, suivez-moi sur facebook : https://www.facebook.com/hanyarkorey/, twitter : @MariamAbdou2, instagram : mariam_abdou96.

Merci beaucoup de m’avoir lu et à Jeudi pour la suite.

*Article similaire : http://agado.mafamilleplanifiee.org/ou-mene-une-grossesse-non-desiree/

Où mène une grossesse non désirée ? Partie 1

image-grossessenondésirée-bébésC’est un grand plaisir pour moi de m’exprimer sur un sujet qui me tient beaucoup à cœur. Un sujet qui constitue l’humanité, qui fait plutôt l’humanité : « donner naissance ». Il s’agit d’une étape cruciale dans la vie d’une femme. Pour certaines, elle constitue même une obligation car si l’on ne la franchit pas on se sent différente et on ressent un sentiment d’échec; dans d’autres cas, on se voit indexé par la société.

Grossesse et bonheur
image-grossessenondésirée-mèreheureuseDominique Blandeau disait : « L’acte de naissance est un acte d’amour entre la mère et l’enfant ; une jouissance douloureuse pour l’un et pour l’autre ».  J’ai plusieurs fois entendu des mères dire que leurs enfants sont pour elles le plus beau des cadeaux, la plus belle des bénédictions et qu’elles éprouvent une joie immense rien qu’en les regardant. Beaucoup d’entre elles m’ont décrit leur accouchement en des mots presque identiques : « C’était douloureux, mais la douleur est vite oubliée dès que tu as ton bébé entre les mains ».

Je vous avoue qu’en écoutant ces mères, j’eus presque envie de porter un enfant car je les voyais si heureuse. Moi qui ai toujours cherché la vraie définition du bonheur, j’étais certaine de l’avoir trouvé : « le bonheur c’est la maternité ». Je commençais à m’imaginer en tant que mère épanouie. Une joie immense m’envahissait rien qu’à y penser. Mais nous ne sommes pas là pour parler de mes envies de devenir mère donc revenons à nos moutons comme diraient d’aucuns. Toutefois, permettez-moi avant d’y revenir de vous dire quelque chose que vous avez déjà remarqué je suppose. Je suis quelqu’un qui écoute beaucoup les autres, surtout lorsque le sujet les concerne directement, plus ou moins .

Pourquoi j’aime écouter ?

Cela n’est pas anodin. C’est juste que je pense que ces personnes sont plus aptes à me donner des informations utiles même si des fois elles sont ennuyeuses. On a tous une fois écouté quelqu’un parler juste parce qu’on ne pouvait pas lui dire de se taire. Bref, toujours dans mon habitude d’écouter les autres, j’assistais il y a de cela plusieurs années; je devais encore être au lycée, à un débat entre deux amies. Leur discussion tournait autour d’une mère qui avait étranglé et jeté son bébé après lui avoir donné naissance. Ça vous choque n’est-ce pas ? J’ai moi-même été très choquée.

De mes deux amies, seul l’avis de l’une a attiré mon attention car pendant que l’autre condamnait la mère, elle, la défendait. Elle expliquait qu’elle n’a sûrement pas voulu de sa grossesse. Et donc, elle a préféré tuer l’enfant parce qu’elle n’aurait pas pu en prendre soin. De toute façon, elle rendra compte de ce qu’elle a fait soit sur terre ou dans l’au-delà. Ne vous inquiétez pas, je ne vous parlerai pas de l’au-delà ici. Je vous parlerai plutôt de ce que j’appelle une « grossesse obscure ». Vous allez comprendre pourquoi je l’ai appelé ainsi.

Qu’est-ce qu’une grossesse non désirée ? image-grossessenondésirée-grossesseosbscure

Pour commencer, imaginez juste que quelqu’un tienne une pièce brillante entre son pouce et son index et vous demande ce que vous voyez. La réponse sera simple si vous n’avez aucun problème de vue bien-sûr. Vous direz que vous voyez la face brillante évidemment, mais cela ne veut pas dire que l’autre face, que vous ne voyez pas, n’existe pas. Et vous le savez.

Aujourd’hui, quand on parle de grossesse, on voit tout de suite le joli tableau de la mère toute heureuse d’avoir eu son bébé. Cela n’est pas notre faute parce qu’il est beaucoup plus agréable de voir, d’entendre et de parler de ça. C’est ce qui nous est le plus commun et c’est ce qui est le plus accepté par la société d’ailleurs. Mais, il nous faut également parler de ce qui est le moins commun, le moins accepté, le mal vu, le mal jugé, le condamné. Je pense que vous commencez à comprendre qu’il s’agit de la grossesse mal jugée, mal vue; quand vous faîtes un peu le rapprochement.

Si vous avez grandi dans une société culturellement comme la mienne (nigérienne), vous y êtes déjà. Pour ceux qui n’ont pas compris, il s’agit de la « grossesse non désirée ». Elle est pour moi obscure parce qu’elle perd tout son caractère jouissif, toute sa beauté, toute sa splendeur, toute sa luminosité qui fait d’elle un événement exceptionnel dans la vie d’une femme. On a besoin et on doit parler de ces femmes qui donnent naissance sans l’avoir voulu. Comment est-ce qu’elles vivent leurs grossesses ? Leurs accouchements ? Et que devient leur vie après tout cela ? Telles sont les questions que j’aborderai dans mon prochain article. Celles-ci vous permettront de comprendre clairement où mène une grossesse non désirée.

 

N’oubliez pas de me donner votre avis sur le sujet dans les commentaires. Cela m’intéresse beaucoup. Et pour ne rien rater de mes prochains articles, suivez-moi sur facebook : https://www.facebook.com/hanyarkorey/, twitter : @MariamAbdou2, instagram : mariam_abdou96.

Merci beaucoup de m’avoir lu et à la semaine prochaine.