Les différentes méthodes de contraception

     Les différentes méthodes de contraception

 

Il existe 4 catégories de contraception :

  • La contraception naturelle
  • La contraception hormonale
  • La contraception locale
  • La contraception intra-utérine

1. La contraception naturelle :

Il s’agit des méthodes visant à identifier la période d’ovulation en vue d’éviter les rapports sexuels durant ces jours-là.
NB : L’ovulation est la production des ovules qui sont les gamètes femelles. Lorsqu’un spermatozoïde croise un ovule : il se produit le phénomène de la  fécondation qui donne lieu à une grossesse.
Il existe 6 méthodes naturelles :

1.1. L’abstinence périodique ou méthode Ogino

C’est la méthode dite « de calcul » qui peut être utilisée par toute femme dont le cycle est régulier.
Il s’agit ici pour la femme de calculer sa période d’ovulation et d’éviter les rapports sexuels durant cette période là.
NB : Comment calculer sa période d’ovulation ?
* Si le cycle est court, d’une durée par exemple de 21 jours : L’ovulation a lieu le 7ème jour à compter du premier jour des règles. Le calcul s’effectue en retirant 14 jours, durée de la phase lutéale qui ne varie pas, du nombre de jours du cycle : soit 21 – 14 = 7. Si le cycle a une durée de 22 jours : l’ovulation aura lieu le 8ème jour (22 -14=8).
* Si le cycle est plus long de 33 jours. L’ovulation intervient le 19ème jour à compter du premier jour des règles : soit 33 jours – 14 jours = 19 jours. Si le cycle dure 34 jours : l’ovulation a lieu le 20ème jour, soit 34 – 14 = 20.

 

1.2. La méthode de température :

Elle consiste à déterminer la période d’ovulation en fonction de la température du corps de la femme.
La température habituelle de la femme s’élève légèrement au moment de l’ovulation : de 0,2 à 0,4 °C. Comme l’ovule vit 24 heures, les rapports sexuels non protégés qui ont lieu plus de trois jours après l’élévation de température ne peuvent pas entraîner de grossesse.
La femme doit alors prendre sa température tous les matins à la même heure, au lit, avant de se lever.

 

1.3. L’observation de la glaire cervicale ou « méthode Billings »

Il s’agit de déterminer la période de l’ovulation en fonction de l’aspect de la glaire (sécrétions du col de l’utérus).
A l’approche de l’ovulation, la « glaire cervicale » se modifie. Elle devient plus abondante, plus fluide et provoquent des « pertes blanches ».

 

1.4. La méthode avec appareillage

Cette méthode consiste à utiliser des appareils qui permettent de repérer la période d’ovulation.
Par exemple, à l’aide d’un mini-lecteur informatisé qui mesure la quantité d’hormones fabriquées par les ovaires au moyen d’une bandelette plongée dans les urines du matin. Le lecteur indique si la journée est « sûre » (lumière verte) ou « à risque » (lumière rouge), c’est-à-dire proche d’une ovulation.

 

1.5. Le retrait

C’est la méthode du « coït interrompu », c’est à dire que l’homme au moment de l’éjaculation se retire des organes génitaux de la femme.

 

1.6. La méthode d’allaitement maternelle et aménorrhée (MAMA)

Elle consiste en un allaitement exclusif du bébé par sa mère chaque jour et cela au minimum dix tétées dont une la nuit.

2. La contraception hormonale

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un ensemble de méthodes dont l’utilisation et le fonctionnement repose sur deux hormones : les œstrogènes et la progestérone.

 

2.1. Les pilules

Ce sont des comprimés contenant soit une combinaison d’œstrogènes ou de progestérone ou uniquement de la progestérone.
Ils agissent d’abord directement sur les ovaires en bloquant le mécanisme de l’ovulation.
Puis, les hormones vont également agir sur le mode d’action de l’utérus et de sa muqueuse en rendant la nidation impossible.
Enfin, elles agissent à l’entrée du mécanisme de la reproduction en empêchant les spermatozoïdes de s’introduire dans le col de l’utérus.

NB : la nidation est l’implantation de l’œuf dans l’utérus en vue de son développement pour donner le foetus

2.2. Le patch

C’est un timbre autocollant qui diffuse des hormones œstroprogestatives à travers la peau.

 

2.3. L’anneau vaginal

C’est un anneau en plastique souple placé dans le vagin qui diffuse des hormones œstroprogestatives en continu grâce à la chaleur du corps.

 

 

  2.4. Les injectables

Ce sont des injections à base d’œstrogènes et de progestérone ou uniquement de progestérone administrées par injection intramusculaire entre le 1er et le 5ème jour des règles.

 

 2.5. L’implant

C’est un fin bâtonnet cylindrique souple de 4 cm qui diffuse de la progestérone de façon continue. Il met l’ovulation en sommeil.

 

2.6. Le Dispositif Intra Utérin (DIU)

Le DIU hormonal (appelé aussi stérilet) est un système intra utérin en forme de T. Certains dispositifs sont simplement en cuivre, d’autres diffusent en plus de la progestérone dans l’utérus. Le DIU ralentit la formation de l’endomètre et épaissit la glaire cervicale, empêchant ainsi le passage des spermatozoïdes et donc la fécondation.

3. La méthode locale

Ce sont les méthodes utilisées pour empêcher aux spermatozoïdes issus de l’éjaculation de se déverser dans le vagin et donc d’entrainer une grossesse.

3.1. Le préservatif   

C’est un plastique lubrifié qui épouse exactement les formes de l’organe génital sur lequel il est placé. Il retient le sperme (qui contient les spermatozoïdes).
Il existe le préservatif masculin et le préservatif féminin.
NB : Ces préservatifs sont souvent aromatisés en divers goûts et senteurs.

3.2. Les ovules contraceptifs

Ils existent aussi sous forme de gels contraceptifs.
Leur rôle est de détruire les spermatozoïdes introduits dans le vagin.

4. La contraception intra-utérine

Ici on classe essentiellement le dispositif intra-utérin qui peut être considéré comme une contraception mixte (à la fois hormonale et intra-utérine) lorsqu’il diffuse de la progestérone dans l’utérus.

Classification des méthodes contraceptive en fonction de la durée d’action :

 

On distingue :

  • Les méthodes de courte durée
  • Les méthodes de longue durée

Les méthodes de courte durée sont : les injectables, le patch, l’anneau vaginal, les pilules et les préservatifs.
Les méthodes de longue durée sont : les implants et le dispositif intra-utérin.

En conclusion, comme vous le constatez, il existe de nombreuses méthodes contraceptives.Toutes aussi différentes les unes des autres même lorsqu’elles appartiennent à la même catégorie. Elles disposent chacune d’un mode de fonctionnement différent et ont des effets différents. Cette diversité loin d’être un défaut fait de la contraception un immense système de méthodes donnant une large plage de choix à ses utilisateurs.

N’oubliez pas de me donner votre avis sur le sujet dans les commentaires. Cela m’intéresse beaucoup. Et pour ne rien rater de mes prochains articles, suivez-moi sur facebook : https://www.facebook.com/hanyarkorey/, twitter : @MariamAbdou2, instagram : mariam_abdou96.

Merci beaucoup de m’avoir lu et à la semaine prochaine.

 

 

4 commentaires sur “Les différentes méthodes de contraception

  1. bonjour ..merci beaucoup pour cet article très éducatifs et sensibilisant..bon à vous.
    Aussi je voudrai savoir les inconvénients de ces méthodes et laquelle d’entre elles présente le plus de risques..merci..!

    1. Bonsoir Ali Ibrahim. Merci beaucoup pour votre commentaire.
      Pour les inconvénients des méthodes, ce sont plutôt des effets indésirables qui peuvent survenir avec les méthodes de contraception hormonale comme la pilule qui peut entraîner un léger retard des règles, mais qui se stabilise dans les mois qui suivent ou certains effets liés à des pathologies si par exemple l’utilisatrice présente certaines maladies telles que cardio vasculaires : ces contre indications sont indiqués dans la notice de la pilule ou autre méthode hormonale qu’elle utilisera et des précautions sont notifiées et aussi la méthode hormonale est dosée en fonction de tous ces facteurs là d’où l’importance de consulter un agent de santé pour le choix de sa méthode de contraception.
      Il n’y a pas de méthode risquée, juste qu’elles peuvent présenter des effets indésirables.
      Vous aurez plus de détails dans mes prochains articles et toutes mes excuses pour la réponse tardive dûe à certaines occupations.
      Merci encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *